Netflix change sa façon de produire des films pour concurrencer Disney Plus

Aperçu Nom Prix
1
IBM Tab P11 Pro G2 8gb/256gb 11.2´´ Tablet Gris
510,99 €

Au premier trimestre de 2022, c’est finalement arrivé : Netflix a eu un mauvais trimestre. L’entreprise a perdu plus de 200 000 abonnés et a reconnu que ses nouveaux concurrents, comme Disney Plus et HBO Max, mettaient effectivement fin à la façon dont elle faisait des affaires depuis près de dix ans. Aujourd’hui, Netflix s’éloigne du rythme de sortie frénétique et des films de taille moyenne qui ont fait d’elle une coqueluche de la critique, avec un nouveau plan visant à produire de “plus gros films” à un rythme moins “glouton”, selon un communiqué de presse de The Hollywood Reporter.

Vous savez, un peu ce que la plupart d’Hollywood fait déjà.

Une chose importante à retenir de The Hollywood Reporter’s est qu’il semble que Netflix ne soit pas exactement sûr de ce qu’il veut faire, mais qu’il veut simplement le faire de manière plus réfléchie qu’au cours de la dernière décennie.

Mais ces dix dernières années, il ne s’agissait pas seulement d’inonder la zone de contenu dans le but de constituer rapidement une bibliothèque qui pourrait tenter de rivaliser avec celles de Disney et de Warner Bros. Il s’agissait aussi pour Netflix d’essayer d’introduire un peu de l’esprit technologique à Hollywood. À Hollywood, la prudence est de mise. Si Hollywood s’est éloigné des films de milieu de gamme dont Netflix a brièvement fait son pain et son beurre, c’est parce qu’elle a trouvé des rendements plus importants et plus réguliers dans les énormes blockbusters (impliquant généralement une sorte de super-héros ou un acteur qui joue un super-héros dans une autre franchise).

Netflix, qui disposait alors d’une source de liquidités quasi inépuisable et n’avait pas besoin de plaire aux distributeurs ou aux cinémas, pouvait se permettre de produire un contenu plus varié pour tenter d’assurer les abonnements mensuels des consommateurs. Et il pouvait rationaliser ces dépenses importantes en essayant de mieux comprendre le public grâce à une analyse méticuleuse des données sur les spectateurs à laquelle ses concurrents n’avaient pas accès.

Netflix était censé transformer Hollywood. Au lieu de cela, il se tourne vers les mêmes pratiques qui ont fait de ses concurrents des géants, mais sans les franchises lucratives, les fandoms et les énormes catalogues dont bénéficient ces mêmes concurrents.

Netflix travaille déjà à la création d’un nouveau niveau d’abonnement financé par la publicité afin d’attirer les abonnés réticents à dépenser de l’argent dans la guerre du streaming. Peacock et Paramount Plus ont déjà des formules similaires, et Disney Plus et HBO Max prévoient également d’ajouter des formules avec publicité.

Netflix s’attaque également au partage de mot de passe, une pratique que plus de 100 millions de foyers utiliseraient pour éviter les abonnements supplémentaires. Auparavant, le partage de mot de passe était apparemment ignoré par l’entreprise. HBO Max, quant à lui, avait des mesures d’atténuation pour le partage de mot de passe intégrées.

Mais c’est surtout dans la manière dont Netflix choisit ses films qu’il chasse la concurrence. Le PDG Ted Sarandos a indiqué lors de la dernière conférence téléphonique sur les résultats de Netflix que la société se concentrerait sur les “films à grand spectacle”, et la société a passé les deux derniers mois à éliminer impitoyablement de grandes parties de départements tels que animation (généralement plus coûteux à produire et moins rentable), les longs métrages indépendants originaux et les films familiaux en prises de vues réelles.

Vous remarquerez que deux d’entre eux, l’animation et les films familiaux en direct, sont également des domaines où le plus grand concurrent de Netflix, Disney, fait d’excellentes affaires. C’est un peu comme si Netflix faisait ce que de nombreuses sociétés cinématographiques ont fait auparavant : s’éloigner de la concurrence de la Maison de la Souris dans les domaines qu’elle a historiquement dominés.

Mais, étant donné Disney est de loin le plus grand producteur et distributeur de films aux États-Unis, qu’il a un quasi-monopole dans les salles de cinéma et qu’il possède une bibliothèque contenant les plus grandes franchises de l’histoire du cinéma. Se démarquer de la concurrence n’aidera pas forcément Netflix. Et se structurer davantage comme Hollywood pourrait ne pas aider non plus. Lorsque Bob Chapek a pris la direction de Disney, il a rapidement commencé à réorganiser l’entreprise pour qu’elle fonctionne plus comme une entreprise technologique.

Tenter d’apporter l’éthique technologique à Hollywood n’est peut-être pas une grande victoire pour Netflix, mais on ne peut pas en dire autant de ses concurrents.

À propos de l'auteur : Neero

Passionné de technologie et de jeux-vidéo, j'adore découvrir les dernières tendances High-Tech et jouer à différents styles de jeux. Mon coup de cœur est assurément Death Stranding ! Geek dans l'âme, la franchise Star Wars et l'univers viking sont également de grandes sources d'inspiration pour moi.

À lire également  GM réduit les prix de la Chevy Bolt dans un contexte de forte demande de véhicules électriques.